Database release:
SDF
NATURA 2000 - STANDARD DATA FORM

For Special Protection Areas (SPA),
Proposed Sites for Community Importance (pSCI),
Sites of Community Importance (SCI) and
for Special Areas of Conservation (SAC)

TABLE OF CONTENTS

1. SITE IDENTIFICATION

Back to top

1.1 Type

A

1.2 Site code

FR4312009

1.3 Site name

Vallées de la Loue et du Lison

1.4 First Compilation date

2004-07

1.5 Update date

2012-12

1.6 Respondent:

Name/Organisation:Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie - DGALN/DEB/SDEN/Bureau Natura 2000
Address:          La Défense Cedex  92055   
Email:en3.en.deb.dgaln@developpement-durable.gouv.fr

1.7 Site indication and designation / classification dates

Date site classified as SPA:2015-05
National legal reference of SPA designationhttp://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030644697
Explanation(s):correction commune faite (suppression de Longeville 39417)

2. SITE LOCATION

Back to top

2.1 Site-centre location [decimal degrees]:

Longitude:6.047220
Latitude:47.042780

2.2 Area [ha]

24987.0000

2.3 Marine area [%]

0.0000

2.4 Sitelength [km]:

0.00

2.5 Administrative region code and name

NUTS level 2 code Region Name
FR43Franche-Comté

2.6 Biogeographical Region(s)

Continental (100.00 %)

3. ECOLOGICAL INFORMATION

Back to top

3.2 Species referred to in Article 4 of Directive 2009/147/EC and listed in Annex II of Directive 92/43/EEC and site evaluation for them

Species Population in the site Site assessment
G Code Scientific Name S NP T Size Unit Cat. D.qual. A|B|C|D A|B|C
      MinMax  Pop.Con.Iso.Glo.
BA229Alcedo atthis     
BA104Bonasa bonasia           
BA215Bubo bubo    10   
BA224Caprimulgus europaeus           
BA031Ciconia ciconia    10         
BA030Ciconia nigra           
BA080Circaetus gallicus           
BA081Circus aeruginosus           
BA082Circus cyaneus    10         
BA082Circus cyaneus    10   
BA122Crex crex           
BA238Dendrocopos medius     
BA236Dryocopus martius     
BA103Falco peregrinus    15  20   
BA338Lanius collurio     
BA246Lullula arborea    20  30   
BA070Mergus merganser    10   
BA073Milvus migrans     
BA074Milvus milvus    10   
BA094Pandion haliaetus           
BA072Pernis apivorus     
BA234Picus canus     
  • Group: A = Amphibians, B = Birds, F = Fish, I = Invertebrates, M = Mammals, P = Plants, R = Reptiles
  • S: in case that the data on species are sensitive and therefore have to be blocked for any public access enter: yes
  • NP: in case that a species is no longer present in the site enter: x (optional)
  • Type: p = permanent, r = reproducing, c = concentration, w = wintering (for plant and non-migratory species use permanent)
  • Unit: i = individuals, p = pairs or other units according to the Standard list of population units and codes in accordance with Article 12 and 17 reporting (see reference portal)
  • Abundance categories (Cat.): C = common, R = rare, V = very rare, P = present - to fill if data are deficient (DD) or in addition to population size information
  • Data quality: G = 'Good' (e.g. based on surveys); M = 'Moderate' (e.g. based on partial data with some extrapolation); P = 'Poor' (e.g. rough estimation); VP = 'Very poor' (use this category only, if not even a rough estimation of the population size can be made, in this case the fields for population size can remain empty, but the field "Abundance categories" has to be filled in)

3.3 Other important species of flora and fauna (optional)

Species

Population in the site

Motivation

Group CODE Scientific Name S NP Size Unit Cat. Species Annex Other categories
     MinMax C|R|V|PIVVABCD
A296Acrocephalus palustris               
Adiantum capillus-veneris                 
Alburnoides bipunctatus               
Alopecurus rendlei                 
1191Alytes obstetricans             
Andromeda polifolia                 
Anguis fragilis               
A257Anthus pratensis               
Anthyllis montana                 
Apus melba    50  100           
Arctium nemorosum                 
Aster amellus                 
5085Barbus barbus                 
Bufo bufo               
Campanula latifolia                 
Carduelis cannabina               
Circae x intermedia                 
Cordulegaster bidentata                 
1283Coronella austriaca             
Coronilla coronata                 
A350Corvus corax               
Daphne alpina                 
Dianthus gratianopolitanus                 
Dianthus superbus                 
Drosera rotundifolia                 
Emberiza cia           
Emberiza cirlus               
Eptesicus nilssoni                 
1327Eptesicus serotinus               
Erebia medusa                 
Erinaceus europaeus               
Esox lucius                 
1363Felis silvestris             
Gentiana acaulis                 
1657Gentiana lutea               
Geranium palustre                 
Glaucopsyche alexis                 
Gymnadenia odoratissima                 
Helianthemum apenninum                 
Herminium monorchis                 
Hieracium scorzonerifolium                 
Hierophis viridiflavus               
Hipparchia alcyone                 
Hornungia petraea                 
Hottonia palustris                 
1203Hyla arborea             
1311Hypsugo savii               
Iberis intermedia                 
Ichthyosaura alpestris                 
A233Jynx torquilla           
Lacerta bilineata               
Lacerta vivipara                 
A340Lanius excubitor           
Lathyrus heterophyllus                 
Leuciscus leuciscus                 
Leucojum aestivum                 
Libelloides longicornus                 
Limodorum abortivum                 
Linaria alpina                 
Lissotriton helveticus                 
1067Lopinga achine             
1058Maculinea arion               
Mantis religiosa                 
A070Mergus merganser    10         
A230Mérops apiaster                 
Minois dryas                 
1341Muscardinus avellanarius               
Muscari botryoïdes                 
Myotis brandti                 
Myotis daubentoni                 
1330Myotis mystacinus               
1322Myotis nattererii                 
Natrix natrix               
Neomys anomalus               
Neomys fodiens               
1331Nyctalus leisleri               
1312Nyctalus noctula               
Oedipoda germanica                 
Omocestus haemorrhoidalis                 
Ophrys apifera                 
Orchis laxiflora                 
Orobanche barthingii                 
Orthetrum brunneum                 
A214Otus scops             
1057Parnassius apollo             
Pedicularis sylvatica                 
Pericallia matronula                 
Phylloscopus bonelli               
Phylloscopus sibilatrix               
Pinguicula vulgaris                 
Pipistrellus kuhli                 
1309Pipistrellus pipistrellus               
Plantago serpentina                 
Platanthera chlorantha                 
1326Plecotus auritus               
1329Plecotus austriacus               
1256Podarcis muralis             
Polyommatus dorylas                 
Polysarcus denticauda                 
Polystichum setiferum                 
Potentilla caulescens                 
A250Ptyonoprogne rupestris               
Pyrgus alveus                 
Pyrgus malvae                 
Pyrgus serratulae                 
Pyrrhula pyrrhula               
1213Rana temporaria             
Ranunculus lingua                 
A249Riparia riparia    50  100         
Salamandra salamandra               
Salmo trutta fario                 
Satyrium pruni                 
A275Saxicola rubetra               
Sciurus vulgaris               
Sideritis hyssopifolia                 
1900Spiranthes aestivalis             
Spiranthes spiralis                 
Stauroderus scalaris                 
Stipa pennata                 
Thesium divaricatum                 
1109Thymallus thymallus             
Tichodroma muraria           
Tortella nitida                 
Trinia glauca                 
Troglochin palustris                 
Upupa epops           
1332Vespertilio murinus               
Viola mirabilis                 
Vipera aspis               
Zamenis longissimus               
  • Group: A = Amphibians, B = Birds, F = Fish, Fu = Fungi, I = Invertebrates, L = Lichens, M = Mammals, P = Plants, R = Reptiles
  • CODE: for Birds, Annex IV and V species the code as provided in the reference portal should be used in addition to the scientific name
  • S: in case that the data on species are sensitive and therefore have to be blocked for any public access enter: yes
  • NP: in case that a species is no longer present in the site enter: x (optional)
  • Unit: i = individuals, p = pairs or other units according to the standard list of population units and codes in accordance with Article 12 and 17 reporting, (see reference portal)
  • Cat.: Abundance categories: C = common, R = rare, V = very rare, P = present
  • Motivation categories: IV, V: Annex Species (Habitats Directive), A: National Red List data; B: Endemics; C: International Conventions; D: other reasons

4. SITE DESCRIPTION

Back to top

4.1 General site character

Habitat class % Cover
N065.00
N095.00
N1020.00
N1655.00
N225.00
N2310.00

Total Habitat Cover

100

Other Site Characteristics

Forêts - Sources tufeuses - Habitats d'eau douce - Habitats rocheux - Formations herbacées naturelles et semi-naturelles - Grottes Les principales menaces et atteintes observées : - dégradation de la qualité des eaux aggravée par le caractère karstique du sous-sol et l'abandon de la gestion des barrages, - artificialisation des lits mineurs et majeurs, - enfrichement d'un certain nombre de pelouses, - fréquentation touristique importante (sur la rivière avec les canoës et le randocannyonning, sur les pelouses par le piétinement et les véhicules motorisées, sur les falaises avec la varappe et les via ferrata,…) entraînant la dégradation voire la destruction des habitats et la perturbation de la nécessaire quiétude des biotopes de la faune rupestre, - destruction des pelouses sommitales par aménagements touristiques et paysagers, - enrésinement de certaines parcelles dans un contexte feuillu, - création de sentiers touristiques dans les zones forestières, alluviales ou rupestres.

4.2 Quality and importance

L'intérêt des vallées de la Loue et du Lison naît de la diversité des milieux inscrits dans un contexte topographique accidenté et karstique*. La Loue, dont la résurgence est alimentée par les pertes du Doubs, du Drugeon et de nombreux éléments du réseau karstique*, prend sa source à la limite des premier et deuxième plateau du Jura (à Ouhans). Située au sein des plateaux calcaires ondulés du Jurassique supérieur et moyen, la vallée de la Loue déploie une suite de paysages attachants et typés. Sur ses 25 premiers kilomètres, elle entaille les plateaux calcaires et circule dans une gorge étroite, sinueuse, sauvage et boisée, aux versants couverts de prairies ou de forêts, surmontés par de longues corniches calcaires. A partir de Vuillafans, le fond de la vallée s'étale dans une plaine de 500 m de large. Entre Ornans et Chenecey, la Loue développe des méandres entre les versants marneux externes, bordés de forêts et toujours dominés par les corniches calcaires. Le Lison prend sa source à Crouzet-Migette au sud de Nans-sous-Sainte-Anne. Sa résurgence émerge d'une grotte creusée dans le calcaire du faisceau salinois, au sein d'un cirque rocheux s'ouvrant sur une vallée forestière encaissée. En amont de la source, le cours du Lison est souterrain et jalonné par la vallée d'effondrement du Bief des Laizines et de nombreux entonnoirs absorbant l'eau du premier plateau jurassien. Le Creux-Billard, la grotte Sarrazine et les résurgences du Lison et du Verneau forment un ensemble paysager et hydrologique remarquable. A Nans-sous-Sainte-Anne, la vallée forme un vaste cirque et se rétrécit ensuite pour former un canyon étroit épanoui à l'aval de Alaise-Refranche. Après un parcours de 25 km, le Lison se jette dans la Loue sur la commune de Châtillon-sur-Lison. La source du Lison, une des principales résurgences de Franche-Comté, abrite une végétation originale caractéristique des milieux à humidité permanente, riche en groupements floristiques (rochers suintants exposés à l'ubac accompagnés par une érablière à scolopendre). La vallée, souvent encaissée au cœur d'un ensemble forestier continu sur de fortes pentes interrompues par des falaises, abrite une grande variété de milieux. Entre les sources et Quingey, se présentent des situations phytosociologiques, floristiques et faunistiques à haut intérêt patrimonial. Plusieurs secteurs remarquables apparaissent : La source principale de la Loue est riche en bryophytes (mousses et hépatiques) qui forment une association végétale à l'origine d'une des plus belles tufières de Franche-Comté associées au groupement de sources pétrifiantes. Cet habitat, peu représenté en Franche-Comté, est localisé au niveau des reculées, dans ses formations les plus étendues et dispersé en lentilles actives ou fossiles sur les ruissellements des vallons. Les gorges de Nouailles, hautes de 350 m, présentent de nombreuses formations tufeuses. Ses versants boisés montrent de vastes tiliaies* sur les versants chauds et des érablaies* à scolopendre sur les versants froids. Les vallées et leurs ruisseaux (Brème, Vergetolle, Raffenot, Cornebouche) présentent une végétation à hautes herbes hygrophiles (mégaphorbiaie*), des forêts alluviales à aulne glutineux et saule blanc et des forêts de pente (érablaies*). Les ruisseaux, dont certains présentent de belles tufières et une végétation flottante de renoncules, forment un ensemble original à caractère sauvage dans les parties amont. Ils hébergent également, à ce niveau, des associations bryophytiques* originales et constituent des sites refuges pour les macroinvertébrés benthiques*. Les nombreuses reculées s'ouvrent aux environs d'Ornans et se prolongent en direction de Quingey. Elles offrent des milieux remarquables (falaises, éboulis, corniches, plateaux, pentes), colonisés par des groupements végétaux caractéristiques. Ces ensembles essentiellement forestiers ont conservé leur aspect sauvage. Les groupements végétaux rencontrés sont bien typés. On y recense sur les pentes ombragées des hêtraies à dentaire et des érablaies* à scolopendre et sur les pentes bien exposées des hêtraies thermophiles* à céphalanthère et des tiliaies*. Ils sont bien représentés au niveau des vallons de Vergetolle, Raffenot, Norvaux, Cornebouche, Valbois et dans les gorges de la Brème. Des barres rocheuses les dominent et les moindres aspérités de la roche sont colonisées par des végétaux différents selon l'exposition. Les corniches thermophiles* sont colonisées par des forêts de chêne pubescent, de la hêtraie thermophile*, ou plus souvent, par des pelouses. Dans la vallée du Lison, la répartition des habitats forestiers est fortement tributaire de la topographie et de l'exposition. En conditions mésothermes*, les hêtraies et hêtraies-chênaies neutrophiles couvrent les superficies les plus importantes. Sur les versants froids et confinés, des hêtraies froides se sont installées sur des sols peu humifères à forte pente. A l'opposé, les hêtraies calcicoles sèches occupent les bordures de corniches et les hauts de pente en exposition chaude sur sols superficiels. Les forêts mixtes de ravins et de pentes d'éboulis à érables et/ou tilleuls sont également largement représentées. Dans certaines situations (pente à 45°, sol très graveleux et peu humifère), les versants sud peuvent présenter une chênaie thermophile* à chêne pubescent. La forêt alluviale résiduelle à aulnes et saules occupe le bord des cours d'eau sous forme d'un linéaire étroit ou de ripisylve*. En fond de vallée humide, la frênaie-érablaie constitue un intéressant groupement de fond de thalweg* indispensable au fonctionnement des édifices biologiques aquatiques. En niveau topographique supérieur, cette formation est relayée par la chênaie pédonculée. Les difficultés d'exploitation (fortes pentes, desserte mal aisée), ont conduit à la formation de peuplements matures dont les caractéristiques (structure, présence de gros bois...) sont particulièrement intéressantes pour l'ensemble de la faune et de la flore. Parmi les pelouses recensées dans les Vallées de la Loue et du Lison, il convient de distinguer les pelouses xériques* à Anthyllide des montagnes et les pelouses submontagnardes thermoxérophiles* à Brome dressé, situées plus en retrait. La variation de la composition floristique observée est liée au caractère superficiel des sols, à l'exposition, aux conditions hydriques et à l'absence de fertilisation. Ces pelouses sont entourées d'ourlets forestiers à géranium sanguin et peucédan des cerfs. Plus rarement, comme au pied du Rocher de Colonne (Scey-en-Varais), on observe une pelouse se développant sur les marnes (avec la présence d'une espèce typique et peu commune, le lotier maritime). Cette pelouse évolue, vers un groupement riche en molinie dans les stations où l'écoulement de l'eau devient plus abondant. Les pelouses sèches colonisent souvent les corniches marquées par des conditions de sécheresse prolongée, tandis que les pelouses sur marne sont marquées par de forts écarts d'humidité. Organisées en formation à végétation rase, les pelouses se sont installées sur des sols squelettiques non fertilisés. Par exemple, la corniche et le coteau argileux d'Echay présentent des pelouses xérophiles* calcicoles* à fumane couché qui surplombent des pelouses mésophiles* sur sols marneux. Les formations de Doulaize et de Cussey se caractérisent par des pelouses essentiellement mésophiles* sur sols marneux. Le genévrier et ses compagnes s'installent progressivement sur ces pelouses et marquent une phase évolutive de ces formations. Des pelouses intra-forestières complètent ce cortège. La raréfaction des pelouses résulte de deux situations antagonistes : déprise et abandon des pratiques agropastorales d'une part et intensification d'autre part. Des boisements artificiels d'épicéas, hors de ses conditions de développement optimal, ont été substitués sur plusieurs parcelles, aux peuplements autochtones et à certaines pelouses. Des prairies temporairement inondables occupent le fond des vallées. Fortement marquées par l'action de l'homme (fauche, fertilisation et pâturage), elles s'organisent en trois groupements : la prairie mésotrophe*, l'arrhénathéraie* eutrophe* et la prairie pâturée et piétinée. Elles sont surtout développées à partir de Refranche, leur extension latérale demeurant faible. Les falaises, les dalles rocheuses, et les éboulis calcaires occupent de faibles surfaces de valeur patrimoniale très élevée. La qualité de l'eau de la Loue n'est pas optimale. Elle présente dès la source, des surcharges en phosphore et azote, génératrices de proliférations d'algues et renforcées par la mauvaise qualité de certains petits affluents (ruisseaux de Vervaux, d'Amathay-Vésigneux par exemple). Les valeurs d'indice biologique récentes obtenues sur la Loue et ses affluents soulignent que la classe de qualité maximum n'est atteinte que sur 60% des stations de mesure. Plusieurs d'entre-elles figurent dans des classes de qualité médiocre (11-12/20 d'IBGN*) alors qu'elles devraient apparaître parmi les plus riches du bassin, compte tenu des potentialités biologiques du cours d'eau caractérisées par un cortège d'espèces à forte valeur patrimoniale et halieutique. Le site regroupe aussi différents types de milieux aquatiques ou humides intéressants. Certains, comme les sources pétrifiantes avec formation de tuf*, ou la tourbière basse alcaline, à Sainte-Anne, occupent une faible surface mais ont un intérêt patrimonial élevé. Des mégaphorbiaies* eutrophes* sont présentes également très ponctuellement en bordure du Lison et de certains affluents (Gour de Conche, Vau de Refranche, etc.). L'essentiel de l'habitat aquatique sur le site correspond bien entendu aux rivières que sont le Lison et ses affluents, et à la végétation qu'ils abritent. Ces rivières s'apparentent aux rivières à truite et à ombre de première catégorie piscicole. Malheureusement, la tendance, soulignée depuis plusieurs années et mesurée sur l'ensemble des cours d'eau franc-comtois à truite, porte ici, sur une altération de la qualité biologique des secteurs amont proche des résurgences (charge des eaux en nitrates et phosphates, prolifération algale en période estivale). Sur le Lison, des peuplements de bryophytes très importants pour le fonctionnement des écosystèmes aquatiques abritent des larves d'insectes d'intérêt communautaire, elles-mêmes base de l'alimentation de la faune piscicole. Cette dernière regroupe en particulier des espèces telles que le chabot, le blageon, poissons des eaux rapides, la lamproie de Planer ou encore l'écrevisse à pieds blancs ; toutes ces espèces sont hélas en régression très nette sur le site. Le ruisseau de Conche, temporaire sur une large partie de son cours, passe par un contexte forestier en amont et un environnement prairial en aval. Il présente des caractéristiques écologiques remarquables. Le puissant attrait touristique des milieux terrestre, souterrain et aquatique du site de Nans-sous-Sainte-Anne ajoute à l'impact des charges en nitrate et en phosphate véhiculées par les réseaux souterrains du Lison et du Verneau, en contact direct avec les écoulements superficiels des plateaux. Sur le plan faunistique, la Loue peut être divisée en trois principaux secteurs, chacun comptant un nombre important d'espèces : le secteur des résurgences (11 espèces), le canyon de Nouailles (24 espèces), et enfin le cours moyen (de Lods à Quingey) avec 38 espèces. Les données spécifiques les plus récentes soulignent l'importance du site comme zone refuge pour des espèces à forte valeur patrimoniale du cours principal et des affluents, telles que le chabot, la lamproie de Planer et le blageon, poissons inscrits à l'annexe II de la directive Habitats. Le site abrite également de très belles populations de truite autochtone, la plus riche étant cantonnée dans la réserve de Montgesoye. Sur la partie basse, des observations annuelles régulières de l'apron (1), en quantité notable, témoignent de la qualité écologique du site, notamment de Quingey à Arc-et-Senans, où la rivière a conservé ses caractéristiques originelles. Ce petit poisson de fond, endémique* du bassin du Rhône, affectionne en effet les eaux claires et oxygénées à fond de graviers. Au début du siècle dernier, il occupait tout le bassin du Rhône sur un linéaire total d'environ 1700 km. Sa répartition actuelle n'intéresse plus au maximum que 380 km de rivières en France dont la Loue fait partie. L'effectif total national était estimé en 1988 entre 2000 et 4000 individus. Aujourd'hui, il a encore diminué. L'enjeu de conservation de cette espèce sur le site est donc majeur. Les secteurs de pelouses, l'alternance de milieux ouverts et boisés, de même que la présence sur un espace restreint d'une grande variété d'habitats naturels favorise une richesse faunistique élevée avec plusieurs espèces de reptiles et d'insectes protégés. Ainsi, le seul vallon de Saules héberge toutes les espèces de papillons présentes en Suisse, dont le cuivré des marais. D'autres espèces de vertébrés dans le Lison comme le lézard vert et le lézard des murailles trouvent élection dans les biotopes des pelouses sèches. C'est aussi le cas du damier de la succise, un papillon présent sur les extensions du site proposées sur Coulans et Refranche. Les ornières forestières hébergent le crapaud sonneur à ventre jaune. La richesse avifaunistique de la Loue mérite d'être soulignée : 83 espèces d'oiseaux s'y reproduisent. Le relief du secteur favorise la nidification du faucon pèlerin ou encore de son prédateur le grand-duc d'Europe, à Lizine par exemple. Le harle bièvre peut nicher dans les anfractuosités des falaises riveraines. Des espèces forestières sont également présentes telles que la gélinotte des bois, régulièrement observée sur 6 des communes du site, le pic mar, le pic cendré ou encore le pic noir, affectionnant les boisements riches en vieux arbres. Les milieux ouverts ou semi ouverts sont le refuge de nombreuses autres espèces. Les pelouses constituent le terrain de chasse de passereaux tels que la pie-grièche écorcheur ou l'alouette lulu. Les prairies et les cultures abritent et nourrissent certains rapaces tels que les milans noir et royal, le busard Saint-Martin. Le Lison abrite également le martinet à ventre blanc et le grand corbeau dans les falaises du site. Plusieurs falaises bénéficient d'un arrêté de protection de biotope : Sainte-Anne, Mont-Richard, source du Lison, falaises entre Saraz et Refranche... La source du Lison, inscrite en site classé, héberge de nombreuses espèces de rapaces, de pics et de passereaux qui nichent également dans les massifs forestiers. Enfin, les cavités (grottes et zones anthropiques) des vallées sont mises à profit comme lieux de transit ou d'hibernation par des chauves-souris : 7 espèces de chauves-souris inscrites à l'annexe II de la directive Habitats sont présentes sur le site, que ce soit dans les greniers d'habitations privées, comme le petit rhinolophe, ou dans les grottes et gouffres de Vau (Nans-sous-Saint-Anne), dans le gouffre de Barme (Cussey-sur-Lison), où l'on trouve entres autres, le grand rhinolophe, la barbastelle, le minioptère de Schreibers, le vespertilion de Bechstein, ou le grand murin.

4.3 Threats, pressures and activities with impacts on the site

The most important impacts and activities with high effect on the site

Negative Impacts
RankThreats and pressures [code]Pollution (optional) [code]inside/outside [i|o|b]
MA01I
HA02I
HA03I
HA04I
MA04.03I
HA05.01I
MA07I
HA08I
LA10I
MA10.01I
MBI
MB01I
MB01.02I
MD01.01I
MD01.02I
LD02.01I
MD06I
ME01I
ME01.02I
ME02I
LE03.03I
MF02.03I
MF03.01I
LF03.02.02I
LF03.02.03I
LF04I
MF06I
HG01I
MG01.01I
HG01.03I
MG01.04I
LG01.05I
LG01.06I
MG01.08I
LG02I
MG05.01I
HH01I
LI01I
MJ02I
LJ02.01I
LJ02.01.03I
LJ02.06I
MJ02.06I
HK02.03I
LK03.05I
Positive Impacts
RankActivities, management [code]Pollution (optional) [code]inside/outside [i|o|b]

Rank: H = high, M = medium, L = low
Pollution: N = Nitrogen input, P = Phosphor/Phosphate input, A = Acid input/acidification,
T = toxic inorganic chemicals, O = toxic organic chemicals, X = Mixed pollutions
i = inside, o = outside, b = both

4.4 Ownership (optional)

Type[%]
PublicNational/Federal0
State/Province0
Local/Municipal0
Any Public0
Joint or Co-Ownership0
Private0
Unknown0
sum100

4.5 Documentation

- TERRAZ, L. et al (2008). Guide pour une rédaction synthétique des Docobs Natura 2000. ATEN, Montpellier, 56 pages (ISBN 10 : 2-912801-74-5 ISBN 13 : 978-2-912801-74-6, dépôt légal : juin 2008). - TERRAZ, L. et al (2008). Guide pour une rédaction synthétique des Docobs Natura 2000 : le Docob type " prêt à remplir ". ATEN, Montpellier, 56 pages (dépôt légal : juin 2008). - TERRAZ, L., PROFIT, A-F., BLANCHARD, O. (2008). Natura 2000 en Franche-Comté : quand l'Homme s'engage pour la Biodiversité ". CPIE Haut-Doubs, DIREN Franche-Comté, Besançon, 20 pages (dépôt légal : juin 2008). - CRETIN, E. (2003). Document d'objectifs Natura 2000 Vallée du Lison. Syndicat Mixte de la Loue. DIREN Franche-Comté. - CRETIN, E. (2006). Document d'objectifs Natura 2000 Vallée de la Loue. Syndicat Mixte de la Loue. DIREN Franche-Comté. - MORIN C. et PAUL J-P., (2006) - Inventaire ornithologique des Zones de Protection Spéciales (ZPS) des Vallées de la Loue et du Lison. Etat initial faisant suite à la désignation des sites au titre de la Directive "Oiseaux". GNFC, Syndicat mixte de la Loue. DIREN Franche-Comté, Union Européenne: 27p + annexes. - OPIE Franche Comté (2004). Expertise entomologique de la Vallée de la Loue. Conservatoire des Espaces Naturels de Franche Comté. DIREN FC, UE. 199p + annexes - GUINCHARD P. et M. (2006). Inventaire et cartographie des milieux ouverts et semi-ouverts Vallée de la Loue en aval de Quingey Rapport de synthèse + notice explicative des cartes. Etudes en Environnement. DIREN Franche-Comté. - CBNFC (2006). Cartographie des habitats naturels et semi-naturels sur le Crêt Monniot. Syndicat Mixte de la Loue. DREAL FC, UE.27p + annexes. - GUINCHARD P et M (2006). Inventaire et cartographie des milieux ouverts et semi-ouverts.Vallée de la Loue (extension aval Quingey). Syndicat Mixte de la Loue. DREAL FC, UE. 61p + annexes. - ECOTOPE (2008). Etude phytososciologique et cartographique des habityats ouverts de la Vallée du Lison. Syndicat Mixte de la Loue. DREAL FC, UE. 97p + annexes. - GUINCHARD P et M (2009). Inventaires entomologiques des Sites Natura 2000 "Vallée du Lison" et "Vallée de la Loue". Syndicat Mixte de la Loue. DREAL FC, UE. 27p + annexes. - BOUARD h, DUFLO C (2010). Cartographie des habitats forestiers et associés. Site Vallée de la Loue (extension aval Quingey). Syndicat Mixte de la Loue. DREAL FC, UE. 25p + annexes.

5. SITE PROTECTION STATUS

Back to top

5.1 Designation types at national and regional level:

Code Cover [%]
FR031.00
FR0580.00
FR120.00
FR1359.00

5.2 Relation of the described site with other sites:

Designated at national or regional level:

Type code Site name Type Cover [%]
FR03Ravin de Valbois+1.00
FR12SOURCE DU VERNEAU A NANS-SOUS-SAINTE-ANNE+0.00
FR12CHATEAU MIRABEAU A NANS-SOUS-SAINTE-ANNE+0.00
FR12GORGES DU RUISSEAU D'AMONDANS ET DE MALANS+0.00
FR12HAUTE ET MOYENNE VALLEE DE LA LOUE*55.00
FR12LA LOUE ET SES RIVES A RENNES-SUR-LOUE+0.00
FR12SITE DES ROCHERS DE HAUTEPIERRE-LE-CHATELET+0.00
FR12SITE DU LISON A NANS-SOUS-SAINTE-ANNE+1.00
FR13CASTEL SAINT-DENIS A CHASSAGNE*0.00
FR13FALAISES D'ORNANS ET VALLEE DE LA BREME*10.00
FR13GORGES DE NOUAILLES ET SOURCES DE LA LOUE A M*1.00
FR13GOUR DE CONCHE A MYON*0.00
FR13GROTTES DE CHENECEY-BUILLON+0.00
FR12SITE DU VILLAGE DE MOUTIER-HAUTE-PIERRE*3.00
FR13PONT DU DIABLE A CROUZET-MIGETTE+0.00
FR13SOURCE DU LISON A NANS-SOUS-SAINTE-ANNE+0.00
FR13VIEUX PONT DE VUILLAFANS ET IMMEUBLES L'AVOIS+0.00

Designated at international level:

Type Site name Type Cover [%]
Other Ravin de Valbois+1.00
SOURCE DU VERNEAU A NANS-SOUS-SAINTE-ANNE+0.00
CHATEAU MIRABEAU A NANS-SOUS-SAINTE-ANNE+0.00
GORGES DU RUISSEAU D'AMONDANS ET DE MALANS+0.00
HAUTE ET MOYENNE VALLEE DE LA LOUE*55.00
LA LOUE ET SES RIVES A RENNES-SUR-LOUE+0.00
SITE DES ROCHERS DE HAUTEPIERRE-LE-CHATELET+0.00
SITE DU LISON A NANS-SOUS-SAINTE-ANNE+1.00
CASTEL SAINT-DENIS A CHASSAGNE*0.00
FALAISES D'ORNANS ET VALLEE DE LA BREME*10.00
GORGES DE NOUAILLES ET SOURCES DE LA LOUE A M*1.00
GOUR DE CONCHE A MYON*0.00
GROTTES DE CHENECEY-BUILLON+0.00
SITE DU VILLAGE DE MOUTIER-HAUTE-PIERRE*3.00
PONT DU DIABLE A CROUZET-MIGETTE+0.00
SOURCE DU LISON A NANS-SOUS-SAINTE-ANNE+0.00
VIEUX PONT DE VUILLAFANS ET IMMEUBLES L'AVOIS+0.00

5.3 Site designation (optional)

Les sites de la Vallée de la Loue et de la Vallée du Lison ont déjà fait l’objet d’une désignation au titre de la directive Habitats naturels en 1998. La compétence Natura 2000, transférée au Syndicat Mixte de la Loue en mars 2005, a répondu a une situation particulière du site, fortement imbriqué à celui du Lison, son affluent principal, et à l’existence d’un contrat de rivière sur l’ensemble du bassin versant du cours d’eau. Il s'agit ici d'intégrer le site de la Vallée du Lison dans celui des Vallées de la Loue et du Lison. Cela permet d’assurer une économie de moyens et une bonne transversalité entre les actions du contrat de rivière et la programmation Natura 2000. Information et consultation constantes ont présidé à la démarche, à l’échelle communale et intercommunale sous forme de réunions publiques et par l’édition d’un bulletin semestriel Natura 2000 Info Loue Lison,. Les sites, sont le siège d’usages imbriqués de la rivière, en étroite relation dans sa dynamique et sa qualité avec les plateaux voisins, par le lien du karst, situation rendant délicat le partage entre les actions du contrat de rivière et la démarche Natura 2000. Dans le cadre de l’extension au titre de la directive Habitats, à la suite de la découverte d’importantes populations d’Apron dans son prolongement aval et de la présence de pelouses d’altitude sur sa marge orientale et de la désignation au titre de la directive Oiseaux, une concertation avec les communes concernées a été menée de janvier à juillet 2005 lors de plusieurs réunions locales spécifiques et de plusieurs réunions thématiques. Cette concertation a été réalisée en collaboration avec l’opérateur technique (Syndicat Mixte de la Loue) sous convention en charge de l’élaboration du document d’objectifs Natura 2000. Les réunions publiques ont permis d’expliciter les caractéristiques du programme Natura 2000 et les spécificités du site ayant motivé la volonté de proposer sa désignation au titre de la directive Oiseaux. Au regard de la présence sur le site d’habitats et d’espèces remarquables du patrimoine naturel et de l’insuffisance de ces éléments dans le réseau, ainsi qu’en vue d’une simplification administrative évidente, le projet consiste en une fusion et une extension des sites de la Loue et de Lison au titre de la directive Habitats naturels sur la base des derniers périmètres connus. La validation du document d’objectif du site de la Vallée de la Loue est intervenue le 6 avril 2006 et celle du document d’objectif du site de la Vallée du Lison le 23 octobre 2003.

6. SITE MANAGEMENT

Back to top

6.1 Body(ies) responsible for the site management:

Organisation:Syndicat Mixte de la Loue
Address:
Email:smix.loue@wanadoo.fr

6.2 Management Plan(s):

An actual management plan does exist:

Yes
No, but in preparation
X
No

6.3 Conservation measures (optional)

Depuis 2006, Animateur : Syndicat Mixte de la Loue, 8 rue du chalet d'Arguel - 25720 PUGEY Tel : 03 81 57 21 55 / fax : 03 81 52 36 92 Email : smix.loue@wanadoo.fr

 

7. MAP OF THE SITE

Back to top No data

SITE DISPLAY