Database release:
SDF
NATURA 2000 - STANDARD DATA FORM

For Special Protection Areas (SPA),
Proposed Sites for Community Importance (pSCI),
Sites of Community Importance (SCI) and
for Special Areas of Conservation (SAC)

TABLE OF CONTENTS

1. SITE IDENTIFICATION

Back to top

1.1 Type

A

1.2 Site code

FR4312026

1.3 Site name

Plateau du Lizon

1.4 First Compilation date

2012-05

1.5 Update date

2014-07

1.6 Respondent:

Name/Organisation:Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie - DGALN/DEB/SDEN/Bureau Natura 2000
Address:          La Défense Cedex  92055   
Email:en3.en.deb.dgaln@developpement-durable.gouv.fr

1.7 Site indication and designation / classification dates

Date site classified as SPA:2018-03
National legal reference of SPA designationhttps://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000036932125&dateTexte=&categorieLien=id

2. SITE LOCATION

Back to top

2.1 Site-centre location [decimal degrees]:

Longitude:5.790560
Latitude:46.433330

2.2 Area [ha]

2076.0000

2.3 Marine area [%]

0.0000

2.4 Sitelength [km]:

0.00

2.5 Administrative region code and name

NUTS level 2 code Region Name
FR43Franche-Comté

2.6 Biogeographical Region(s)

Continental (100.00 %)

3. ECOLOGICAL INFORMATION

Back to top

3.2 Species referred to in Article 4 of Directive 2009/147/EC and listed in Annex II of Directive 92/43/EEC and site evaluation for them

Species Population in the site Site assessment
G Code Scientific Name S NP T Size Unit Cat. D.qual. A|B|C|D A|B|C
      MinMax  Pop.Con.Iso.Glo.
BA223Aegolius funereus     
BA104Bonasa bonasia     
BA238Dendrocopos medius     
BA236Dryocopus martius    10   
BA103Falco peregrinus         
BA153Gallinago gallinago               
BA338Lanius collurio    10  20   
BA073Milvus migrans     
BA074Milvus milvus     
BA072Pernis apivorus     
  • Group: A = Amphibians, B = Birds, F = Fish, I = Invertebrates, M = Mammals, P = Plants, R = Reptiles
  • S: in case that the data on species are sensitive and therefore have to be blocked for any public access enter: yes
  • NP: in case that a species is no longer present in the site enter: x (optional)
  • Type: p = permanent, r = reproducing, c = concentration, w = wintering (for plant and non-migratory species use permanent)
  • Unit: i = individuals, p = pairs or other units according to the Standard list of population units and codes in accordance with Article 12 and 17 reporting (see reference portal)
  • Abundance categories (Cat.): C = common, R = rare, V = very rare, P = present - to fill if data are deficient (DD) or in addition to population size information
  • Data quality: G = 'Good' (e.g. based on surveys); M = 'Moderate' (e.g. based on partial data with some extrapolation); P = 'Poor' (e.g. rough estimation); VP = 'Very poor' (use this category only, if not even a rough estimation of the population size can be made, in this case the fields for population size can remain empty, but the field "Abundance categories" has to be filled in)

3.3 Other important species of flora and fauna (optional)

Species

Population in the site

Motivation

Group CODE Scientific Name S NP Size Unit Cat. Species Annex Other categories
     MinMax C|R|V|PIVVABCD
A257Anthus pratensis    10         
Carduelis cannabina           
A264Cinclus cinclus                   
Emberiza cia                 
Pyrrhula pyrrhula    50  100           
A275Saxicola ruberta         
Saxicola torquata                   
  • Group: A = Amphibians, B = Birds, F = Fish, Fu = Fungi, I = Invertebrates, L = Lichens, M = Mammals, P = Plants, R = Reptiles
  • CODE: for Birds, Annex IV and V species the code as provided in the reference portal should be used in addition to the scientific name
  • S: in case that the data on species are sensitive and therefore have to be blocked for any public access enter: yes
  • NP: in case that a species is no longer present in the site enter: x (optional)
  • Unit: i = individuals, p = pairs or other units according to the standard list of population units and codes in accordance with Article 12 and 17 reporting, (see reference portal)
  • Cat.: Abundance categories: C = common, R = rare, V = very rare, P = present
  • Motivation categories: IV, V: Annex Species (Habitats Directive), A: National Red List data; B: Endemics; C: International Conventions; D: other reasons

4. SITE DESCRIPTION

Back to top

4.1 General site character

Habitat class % Cover
N061.00
N074.00
N082.00
N099.00
N108.00
N141.00
N1610.00
N1961.00
N203.00
N231.00

Total Habitat Cover

100

Other Site Characteristics

La haute-chaîne occupe la partie orientale et la plus élevée du Jura. Elle se caractérise par une succession de crêtes et de dépressions qui s’étirent dans l’axe du massif. C’est le domaine du Jura plissé, aux formes si caractéristiques qu’elles ont servi de références pour qualifier ce type de relief. Anticlinaux (ondulations convexes vers le ciel) et synclinaux (ondulations concaves) se succèdent de façon rythmique, s’étirant parallèlement les uns aux autres. Le val de Saint-Lupicin, appelé aussi val du Lison, est un grand synclinal datant du Crétacé. Lors du plissement, les couches les plus récentes ont glissé sur les flancs de l’anticlinal adjacent et se sont reployées au fond du val de Saint-Lupicin. Les géologues emploient le terme de collapse-structure pour désigner ce type de phénomène. Logée dans un petit repli anticlinal issu de ce glissement, la mare de la Grande Seigne repose sur des dépôts glaciaires imperméables. La commune de Saint-Lupicin a acquis la mare de la Grande Seigne et ses alentours à 90% afin d'y mettre en place une préservation réglementaire (un projet de réserve naturelle régionale est envisagé). Pour le reste, les propriétaires ne souhaitent pas vendre. Toutefois, l'exploitant agricole qui entretient les parcelles à proximité immédiate de la mare est sensibilisé à la problématique de préservation du Triton crêté. Le Parc naturel régional du Haut-Jura a déposé début 2012 un dossier de contrat Natura 2000 pour la mise en défens de la mare, il ne manque plus que les financements. Par souci de cohérence, l'éleveur devrait solliciter en 2013 une MAET Prairies humides. Le coteau qui fait face à la mare et renforce la qualité écologique de ce complexe doit faire l'objet d'un dépôt de contrat Natura 2000 en cette année 2012, une exploitante de caprins s'installant sur le territoire communal et utilisant ces terrains à la suite des travaux permis par le contrat Natura 2000. La maîtrise de la qualité des eaux est indispensable aussi bien pour les cours d'eau et mares que pour les zones humides. Certaines zones humides du site ont été perturbées et peuvent encore être l'objet de travaux. Il conviendra d'être vigilant sur les pratiques associées à ces zones humides et notamment au niveau de la Tourbière de la Montagne. Aucune préservation de la Combe du Grand Essart n'est actuellement engagée bien qu'elle présente un enjeu patrimonial très élevé. Une politique de maîtrise d'usage couplée à une protection de type arrêté de biotope pourrait être étudiée, suivie d'actions de gestion visant à rouvrir le marais relativement enfriché.

4.2 Quality and importance

Alimentée exclusivement par les eaux de pluie, la mare de la Grande Seigne est soumise à des variations de niveau importantes (2 m) entre la période de hautes eaux et le quasi assèchement en période estivale, interdisant la présence prolongée de poissons. Cette absence de prédateurs, la relative importance de la masse d’eau et la présence de nombreux tourradons de carex (ou laîches) font de la mare de la Grande Seigne un milieu très favorable où les amphibiens se reproduisent en grand nombre. Le site abrite ainsi 15 espèces d’amphibiens et reptiles, dont 12 strictement protégées au niveau national. Concernant les amphibiens anoures*, à côté des trois espèces classiques : grenouille verte, grenouille rousse et crapaud commun, on trouve l’alyte accoucheur qui profite de la présence d’abris pierreux à proximité (murs de pierres sèches en particulier). Les amphibiens urodèles se distinguent surtout par la présence d’une importante population de tritons (la plus importante de Franche-Comté), en particulier de triton crêté. Cette espèce semble rencontrer ici des conditions optimales pour son développement : une vaste surface en eau (10 ares), ensoleillée, de profondeur favorable, sans faune piscicole prédatrice, avec une flore aquatique bien disséminée (touffes ou tourradons de laîche des marais) ménageant ainsi des abris et un réseau de zones aquatiques bien dégagées (propices à la recherche de proies et à la constitution des couples lors des parades nuptiales). Le triton crêté subit un déclin important dans divers pays européens et il s’agit probablement de l’une des espèces d’amphibiens qui a le plus diminué en France ces derniers temps. La disparition et la dégradation des mares qui l’abritent en sont les causes principales. En Franche-Comté, le triton crêté est connu dans moins de 30 stations (8 dans le Jura dont 2 au sein du Parc naturel régional du Haut-Jura). L’importance des tourradons de laîche mérite d’être soulignée. Ils confèrent en effet une physionomie très particulière au marais : au cours de l’hiver, les touffes sont très discrètes, le marais ressemblant surtout à un plan d’eau. Au printemps, la physionomie du site change radicalement avec la floraison des laîches : le marais prend alors l’allure d’une véritable cariçaie, où l’on distingue 3 ou 4 mares plus importantes de quelques dizaines de m² chacune. Autour, une multitude de petites mares semblent juxtaposées, séparées par les tourradons de laîches mais néanmoins en communication. Le plateau dominant le marais est occupé par des pelouses sèches. Là où les dalles de calcaire dur affleurent se développent des groupements plus xérophiles c’est à dire adaptés à des conditions extrêmes d’aridité. La pelouse mésophile* domine, avec ça et là des secteurs de dalles affleurantes. Cette pelouse est malheureusement très envahie par des formations buissonnantes, à base de buis principalement, qui marquent une évolution naturelle vers la forêt. Le Lizon est marqué par une qualité des eaux optimale et la présence de l'écrevisse à pattes blanches est notée (l'un des rares ruisseaux du massif jurassien). Enfin, les forêts qui dominent le site constituent un refuge très favorable pour le lynx. 4.2.2. Combe du Grand Essart Dominée à l’est par la forêt d’Avignon et à l’ouest par le bois de Lésigna, la combe du Grand Essart est bordée par deux crêts qui la dominent de 100 à 200 mètres. Les glaciers quaternaires y ont laissé leur empreinte. En se retirant, ils ont abandonné des placages de très fins dépôts imperméables (appelés débris morainiques) favorisant ainsi l'accumulation et la stagnation des eaux de pluie et de ruissellement. La tourbière du Grand Essart est le témoignage vivant de ce phénomène. Une tourbière est un biotope spécialisé qui engendre un écosystème particulier. Son microclimat a permis le développement d'espèces boréo-arctiques (espèces des régions nordiques de l'Europe). Les tourbières sont d'importants réservoirs hydriques et jouent avec les marais qui les accompagnent un rôle régulateur dans la circulation complexe des eaux superficielles et souterraines de la région. Dans le Massif du Jura, en altitude, les facteurs climatiques sont propices à l’installation de tourbières (forte pluviométrie, basses températures et absence de périodes sèches de longue durée). La genèse d’une tourbière y est datée de plus de 10 000 ans. A l’origine, les glaciers se sont retirés de la région et ont laissé place à des cuvettes imperméabilisées remplies d’eau. Progressivement ces plans d’eau se sont comblés et ont favorisé la formation de bas-marais alcalins il y a 6 000 ans. Le développement d’un réseau karstique et la proximité de dolines permettant l’évacuation des eaux de ruissellement, induisent la création, au sein du bas-marais alcalin, d’îlots soustraits à l’influence des eaux carbonatées. Ces îlots, sous l’influence d’un climat froid, sont alors alimentés uniquement par les précipitations abondantes. Un milieu acide s’établit progressivement. La végétation se spécialise alors avec installation de sphaignes qui constituent de vastes coussins bombés. Leur croissance en dôme et en cercles concentriques crée un ensemble qui s’épaissit et s’élargit progressivement en tourbière bombée ou haut-marais acide qui finit par évoluer jusqu’au stade climacique : assèchement, installation des éricacées et quelques fois du pin à crochets. Il est rare que cette tourbière colonise tout le bas-marais alcalin, on parle alors de tourbière mixte. Un marais de transition très humide et riche en espèces se développe fréquemment au contact du bas marais alcalin et du haut-marais. Considérée dans son ensemble, la tourbière de la combe du Grand Essart constitue une unité écologique remarquable ; on y recense en effet une flore exceptionnelle (4 espèces protégées), au sein d'une mosaïque de milieux humides très diversifiés. L'essentiel de la tourbière du Grand Essart est constitué d'un bas-marais, végétation présentant une flore particulièrement intéressante et riche. Trois espèces protégées sont ici plus ou moins complètement dépendantes de ces structures dynamiques : la grassette commune, le liparis de Loesel et la droséra à feuilles rondes, cette dernière se trouvant plus particulièrement sur les bombements de sphaignes qui émergent du bas-marais. Le joyau botanique de la combe du Grand Essart est sans conteste le liparis de Loesel, petite orchidée très rare en France (une cinquantaine de localités dont 6 dans le massif jurassien), menacée dans la plupart des pays européens par la disparition de ses biotopes d’élection : les tourbières basses alcalines (tourbières en contact avec l'aquifère, donc non acides et à activité biologique moyenne). Elle se développe plus particulièrement dans les stades pionniers à faible concurrence entre les espèces d’où souvent la nécessité d’un entretien du milieu pour maintenir ces stades initiaux. Le liparis a été notée dans la combe du Grand Essart uniquement dans l'extrême nord du marais, plus humide, où une vingtaine de pieds témoignent de la fragilité de la station. Si la partie centrale du marais présente un aspect relativement ouvert (menacé toutefois par un envahissement par les roseaux, bouleaux et bourdaines), ses franges sont colonisées par un réseau de saulaies buissonnantes découpant l'espace en une série de compartiments très imbriqués, peuplés de mégaphorbiaies à reine des prés (formation végétale de hautes herbes sur sols humides et riches), de moliniaies, de cariçaies et de roselières. Cette diversification structurelle de la végétation est très favorable à l'avifaune nicheuse. Certaines parties du marais développent des tremblants tourbeux formés d’une végétation étroitement intriquée (trèfle d’eau, potentille des marais, laîches à ampoules, mousses...) qui forme un véritable tapis flottant, instable et mouvant. La laîche des bourbiers, protégée au plan national, n'y est pas rare. Ces tremblants, plus ou moins atterris, correspondent à d’anciennes fosses d'extraction de la tourbe en cours de cicatrisation naturelle. L'activité traditionnelle de détourbage qui s’est perpétuée dans la combe du Grand Essart jusqu’à la fin des années 1940, explique l’absence de bombements de tourbe, stade mature des tourbières haut-jurassiennes peu perturbées. Les seuls secteurs encore entretenus correspondent à des prairies humides, fauchées et peu amendées. Elles constituent la frange du marais, principalement à l’ouest, sous la forme d’un étroit liseré régulièrement inondé. Les boisements correspondent aux groupements végétaux dominés par une strate arborée, spontanée ou plantée. Un liseré plus ou moins discontinu d'épicéa et de bouleau pubescent en mélange occupe la bordure orientale du marais tandis qu'une saulaie dense se développe à l’ouest et constitue l'atterrissement du marais.

4.3 Threats, pressures and activities with impacts on the site

The most important impacts and activities with high effect on the site

Negative Impacts
RankThreats and pressures [code]Pollution (optional) [code]inside/outside [i|o|b]
HA04.03I
MA08I
MB01I
LB01.02O
MD01.01I
LD01.02O
MF02.03I
MF03.01I
MF03.02I
LG01I
LG01.02I
LG01.03I
LG01.06I
LG02I
LJ02.06O
Positive Impacts
RankActivities, management [code]Pollution (optional) [code]inside/outside [i|o|b]
MA03I
HA04I
MA05.01I
HBI

Rank: H = high, M = medium, L = low
Pollution: N = Nitrogen input, P = Phosphor/Phosphate input, A = Acid input/acidification,
T = toxic inorganic chemicals, O = toxic organic chemicals, X = Mixed pollutions
i = inside, o = outside, b = both

4.4 Ownership (optional)

Type[%]
PublicNational/Federal0
State/Province0
Local/Municipal0
Any Public0
Joint or Co-Ownership0
Private0
Unknown0
sum100

4.5 Documentation

- TERRAZ, L. et al (2008). Guide pour une rédaction synthétique des Docobs Natura 2000. ATEN, Montpellier, 56 pages (ISBN 10 : 2-912801-74-5 ISBN 13 : 978-2-912801-74-6, dépôt légal : juin 2008). - TERRAZ, L. et al (2008). Guide pour une rédaction synthétique des Docobs Natura 2000 : le Docob type " prêt à remplir ". ATEN, Montpellier, 56 pages (dépôt légal : juin 2008). - TERRAZ, L., PROFIT, A-F., BLANCHARD, O. (2008). Natura 2000 en Franche-Comté : quand l'Homme s'engage pour la Biodiversité ". CPIE Haut-Doubs, DIREN Franche-Comté, Besançon, 20 pages (dépôt légal : juin 2008). - VOCCIA. M. 2011. Document d'Objectifs : Plateau du Lizon-FR4301316. PNR Haut-Jura, DREAL, UE. - Document d'objectifs Tourbière de la Combe du grand Essart. Parc naturel régional du Haut-Jura. Validé en décembre 2002. - JOVENIAUX, A., CHEVILLARD, S., 2012. Etude ornithologique - Site Natura 200 "Plateau du Lizon" FR4301316. EPA, DREAL-FC, UE, 68 pages. - Base de données LPO, 2013.

5. SITE PROTECTION STATUS

Back to top

5.1 Designation types at national and regional level:

Code Cover [%]
FR056.00
FR15100.00

5.3 Site designation (optional)

OBJECTIFS DE PRESERVATION A ATTEINDRE SUR LE SITE - garantir les qualités physico-chimique et biologique des eaux - conserver la mare en l’état - conserver les pelouses - conserver la diversité en habitats : pelouses - dalles rocheuses - prairies - fruticées - conserver la tourbière

6. SITE MANAGEMENT

Back to top

6.1 Body(ies) responsible for the site management:

Organisation:Parc Naturel Régional du Haut-Jura
Address:
Email:parc.ht.jura@wanadoo.fr

6.2 Management Plan(s):

An actual management plan does exist:

Yes
No, but in preparation
X
No

6.3 Conservation measures (optional)

Parc Naturel Régional du Haut-Jura, Maison du Parc du Haut-Jura 29, Le Village F-39310 Lajoux Tel : 03 84 34 12 39 / 03 84 34 12 52 / 03 84 34 12 53 / 03 84 34 12 28 Fax : 03 84 41 24 01 Email : a-s.vincent@parc-haut-jura.fr, j.barlet@parc-haut-jura.fr, p.durlet@parc-haut-jura.fr, f.bailly-maitre@parc-haut-jura.fr Docob réalisé

 

7. MAP OF THE SITE

Back to top No data

SITE DISPLAY