Database release:
SDF
NATURA 2000 - STANDARD DATA FORM

For Special Protection Areas (SPA),
Proposed Sites for Community Importance (pSCI),
Sites of Community Importance (SCI) and
for Special Areas of Conservation (SAC)

TABLE OF CONTENTS

1. SITE IDENTIFICATION

Back to top

1.1 Type

A

1.2 Site code

FR5310072

1.3 Site name

Ouessant-Molène

1.4 First Compilation date

1988-06

1.5 Update date

2008-06

1.6 Respondent:

Name/Organisation:Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie - DGALN/DEB/SDEN/Bureau Natura 2000
Address:          La Défense Cedex  92055   
Email:en3.en.deb.dgaln@developpement-durable.gouv.fr

1.7 Site indication and designation / classification dates

Date site classified as SPA:2004-10
National legal reference of SPA designationhttp://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?cidTexte=JORFTEXT000019735213

2. SITE LOCATION

Back to top

2.1 Site-centre location [decimal degrees]:

Longitude:-4.911940
Latitude:48.372500

2.2 Area [ha]

77288.0000

2.3 Marine area [%]

99.0000

2.4 Sitelength [km]:

0.00

2.5 Administrative region code and name

NUTS level 2 code Region Name
FR52Bretagne

2.6 Biogeographical Region(s)

Atlantic (100.00 %)

3. ECOLOGICAL INFORMATION

Back to top

3.2 Species referred to in Article 4 of Directive 2009/147/EC and listed in Annex II of Directive 92/43/EEC and site evaluation for them

Species Population in the site Site assessment
G Code Scientific Name S NP T Size Unit Cat. D.qual. A|B|C|D A|B|C
      MinMax  Pop.Con.Iso.Glo.
BA200Alca torda                 
BA200Alca torda                 
BA169Arenaria interpres         
BA169Arenaria interpres    500  700   
BA148Calidris maritima    120  120   
BA148Calidris maritima         
BA010Calonectris diomedea                 
BA175Catharacta skua                 
BA137Charadrius hiaticula    25  30   
BA137Charadrius hiaticula    230  230   
BA137Charadrius hiaticula         
BA081Circus aeruginosus           
BA081Circus aeruginosus               
BA026Egretta garzetta               
BA103Falco peregrinus             
BA103Falco peregrinus               
BA204Fratercula arctica     
BA204Fratercula arctica         
BA009Fulmarus glacialis    100  100   
BA009Fulmarus glacialis         
BA002Gavia arctica           
BA002Gavia arctica               
BA003Gavia immer                 
BA003Gavia immer                 
BA003Gavia immer                 
BA001Gavia stellata                 
BA001Gavia stellata                 
BA001Gavia stellata                 
BA130Haematopus ostralegus    600  600   
BA130Haematopus ostralegus    220  230   
BA130Haematopus ostralegus         
BA014Hydrobates pelagicus    560  630   
BA014Hydrobates pelagicus         
BA184Larus argentatus         
BA184Larus argentatus    1000  1100   
BA184Larus argentatus         
BA183Larus fuscus         
BA183Larus fuscus    4700  4800   
BA183Larus fuscus         
BA187Larus marinus         
BA187Larus marinus    1000  1100   
BA187Larus marinus         
BA016Morus bassanus                 
BA160Numenius arquata    570  570   
BA160Numenius arquata         
BA015Oceanodroma leucorhoa                 
BA018Phalacrocorax aristotelis    700  700   
BA018Phalacrocorax aristotelis         
BA017Phalacrocorax carbo    90  110   
BA017Phalacrocorax carbo         
BA141Pluvialis squatarola    340  340   
BA141Pluvialis squatarola         
BA012Puffinus griseus                 
BA013Puffinus puffinus    25  35   
BA013Puffinus puffinus         
BA384Puffinus puffinus mauretanicus                 
BA346Pyrrhocorax pyrrhocorax    15  15   
BA188Rissa tridactyla                 
BA188Rissa tridactyla                 
BA173Stercorarius parasiticus                 
BA172Stercorarius pomarinus                 
BA195Sterna albifrons    25  30   
BA192Sterna dougallii           
BA192Sterna dougallii               
BA193Sterna hirundo    110  130   
BA194Sterna paradisaea           
BA194Sterna paradisaea               
BA048Tadorna tadorna    10  10         
BA048Tadorna tadorna               
BA199Uria aalge                 
BA199Uria aalge                 
  • Group: A = Amphibians, B = Birds, F = Fish, I = Invertebrates, M = Mammals, P = Plants, R = Reptiles
  • S: in case that the data on species are sensitive and therefore have to be blocked for any public access enter: yes
  • NP: in case that a species is no longer present in the site enter: x (optional)
  • Type: p = permanent, r = reproducing, c = concentration, w = wintering (for plant and non-migratory species use permanent)
  • Unit: i = individuals, p = pairs or other units according to the Standard list of population units and codes in accordance with Article 12 and 17 reporting (see reference portal)
  • Abundance categories (Cat.): C = common, R = rare, V = very rare, P = present - to fill if data are deficient (DD) or in addition to population size information
  • Data quality: G = 'Good' (e.g. based on surveys); M = 'Moderate' (e.g. based on partial data with some extrapolation); P = 'Poor' (e.g. rough estimation); VP = 'Very poor' (use this category only, if not even a rough estimation of the population size can be made, in this case the fields for population size can remain empty, but the field "Abundance categories" has to be filled in)

3.3 Other important species of flora and fauna (optional)

Species

Population in the site

Motivation

Group CODE Scientific Name S NP Size Unit Cat. Species Annex Other categories
     MinMax C|R|V|PIVVABCD
  • Group: A = Amphibians, B = Birds, F = Fish, Fu = Fungi, I = Invertebrates, L = Lichens, M = Mammals, P = Plants, R = Reptiles
  • CODE: for Birds, Annex IV and V species the code as provided in the reference portal should be used in addition to the scientific name
  • S: in case that the data on species are sensitive and therefore have to be blocked for any public access enter: yes
  • NP: in case that a species is no longer present in the site enter: x (optional)
  • Unit: i = individuals, p = pairs or other units according to the standard list of population units and codes in accordance with Article 12 and 17 reporting, (see reference portal)
  • Cat.: Abundance categories: C = common, R = rare, V = very rare, P = present
  • Motivation categories: IV, V: Annex Species (Habitats Directive), A: National Red List data; B: Endemics; C: International Conventions; D: other reasons

4. SITE DESCRIPTION

Back to top

4.1 General site character

Habitat class % Cover
N0195.00
N021.00
N031.00
N041.00
N051.00
N081.00

Total Habitat Cover

100

Other Site Characteristics

La ZPS englobe un chapelet d'îles et d'îlots qui s'étire du sud-est vers le nord-ouest sur une vingtaine de kilomètres, ainsi que toute la zone marine entre ces îles et la côte du Finistère. Ouessant est l'île la plus occidentale, éloignée d'une vingtaine de kilomètres des côtes léonardes, elle se situe dans le prolongement de l'archipel de Molène. Les facteurs affectant les oiseaux peuvent être classés en plusieurs catégories. Les changements climatiques observés à une large échelle pourraient avoir des répercussions sur les oiseaux marins de l'archipel de Molène. Un réchauffement des eaux marines peut ainsi avoir de rapides répercussions sur le plancton, dont se nourrissent les Pétrels tempêtes, et sur diverses espèces de poissons que consomment les autres oiseaux marins. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité d'évènements climatiques particuliers (tempêtes, précipitations, etc.) pourraient aussi avoir un impact direct sur la reproduction et la survie des oiseaux de mer. Sur Ouessant : · La dynamique de la végétation est un élément clé qui permet d'expliquer au moins partiellement les évolutions constatées chez plusieurs espèces. Sur l'îlot de Youc'h Korz, le développement important d'une végétation nitrophile, conséquence de la présence d'une colonie de goélands, serait ainsi un des facteurs expliquant la forte baisse des effectifs nicheurs de Pétrel tempête constatée sur ce site depuis les années 1970 (CADIOU 2002). · La quasi-disparition de l'agriculture sur Ouessant a pour conséquence l'enfrichement progressif de l'île. Cette dynamique s'avère également être défavorable pour certaines espèces, et en particulier pour le Crave à bec rouge qui s'alimente dans des milieux très ouverts comme les pelouses écorchées, les pelouses aérohalines et les landes rases (KERBIRIOU comm. orale). · Les problèmes de prédation exercent aussi une influence sur plusieurs oiseaux. La présence de rats sur les îlots et dans les falaises d'Ouessant pourrait bien avoir un impact sur les oiseaux marins nicheurs (KERBIRIOU comm. orale). Toutefois, l'impact réel d'une prédation par les rats n'est actuellement pas évalué. CADIOU (2002) estime cependant que la prédation par le rat serait en partie responsable de la chute du nombre de couples de Pétrel tempête se reproduisant sur Youc'h Korz. De la même manière, la prédation exercée par la Corneille noire et le goéland argenté est la raison avancée pour expliquer la disparition à la fin des années 1990 de la colonie de Mouette tridactyle, jusqu'alors installée dans les falaises du Stiff. Au début des années 1990, les effectifs de cette colonie atteignirent pourtant près de 200 couples, soit environ 5% de la population nicheuse française de l'époque. Depuis 1998, les falaises d'Ouessant sont désertées par l'espèce, une partie des reproducteurs ayant émigré vers les colonies de Camaret et du Cap Sizun. · La compétition inter-spécifique pour les sites de nidification expliquerait la disparition d'un des derniers couples de Macareux moine nichant sur Ouessant. La croissance de la colonie de Cormoran huppé implantée sur l'île de Youc'h aurait en effet entraîné une érosion accrue du sol, rendant alors impossible la nidification hypogée du Macareux moine (CADIOU 2002), 2 couples sont toutefois toujours présents sur l'île Keller en 2008. · Plusieurs facteurs pouvant agir sur l'avifaune trouvent leur origine dans des activités humaines. La pression touristique est importante sur la frange littorale de l'île, notamment pendant la saison estivale Sur les secteurs du Stiff et de Pen ar Lan, on dénombre ainsi près de 10 000 visiteurs par an, et 60 000 sur Porz Doun (KERBIRIOU comm. orale). La forte présence humaine en pleine période de nidification peut induire un fort dérangement sur l'avifaune, et notamment sur des espèces nicheuses fragiles comme le Grand gravelot ou le Crave à bec rouge. La forte fréquentation humaine se traduit également en certains endroits par une dégradation des pelouses aérohalines du fait du piétinement. Ce phénomène est particulièrement marqué sur le secteur de Porz Doun, avec la multiplication des chemins et le développement de zones érodées. Ces pelouses aérohalines, qui sont des milieux d'alimentation majeurs pour le Crave à bec rouge, sont également fortement dégradées par endroits en raison de leur exploitation de plus en plus intensive et non contrôlée par étrépage. Dans l'archipel de Molène : · D'une manière générale, les prédateurs terrestres tels que les rats et les visons d'Amérique représentent une sérieuse menace pour les colonies d'oiseaux de mer et pour les limicoles nicheurs. Le vison d'Amérique est absent de l'archipel de Molène. Les rats ont quant à eux été éradiqués de l'île de Trielen (KERBIRIOU et al. 2004). · Divers phénomènes de relations interspécifiques, notamment entre oiseaux de mer (prédation, compétition spatiale, dégradation des habitats), sont par contre susceptibles d'influer sur les évolutions démographiques (CADIOU 2002, CADIOU et al. 2004). Ainsi, la forte prédation exercée par les goélands marins sur les Pétrels tempêtes depuis le milieu des années 1990 pourrait avoir un rôle dans la récente stabilisation des effectifs. · Un autre phénomène concerne aussi le Pétrel tempête : il s'agit du développement d'une végétation herbacée haute sur la principale colonie de l'île de Banneg, conséquence directe de la disparition des lapins dans les années 1990 et de l'absence d'abroutissement depuis lors. Cette fermeture du milieu entraîne l'obturation de l'entrée des sites occupés auparavant par les océanites. Les goélands peuvent aussi, dans certains cas, avoir un impact sur les colonies de sternes (LE NEVÉ 2004, YÉSOU et al. 2005). · Parmi les facteurs anthropiques pouvant avoir un impact significatif sur les oiseaux, le dérangement humain occupe une place prépondérante. L'archipel de Molène, par sa qualité et sa diversité paysagère et par ses richesses naturelles, constitue un lieu particulièrement attractif pour les touristes et les plaisanciers (BRIGAND 2002). L'accroissement récent du nombre d'embarcations de type gonflables et semi-rigides s'accompagne d'une fréquentation accrue des îles de l'archipel car ce type d'embarcation permet un accès plus facile qu'avec des voiliers ou d'autres types de bateaux à moteur. La fréquentation de l'archipel de Molène par des kayakistes ou des jets-skieurs tend aussi à se développer. Hors période estivale (mai à août principalement), cette fréquentation des îles par les plaisanciers reste cependant très limitée. Une partie des îles et îlots bénéficie d'un statut de réserve (Réserve naturelle d'Iroise, Réserve de chasse et de faune sauvage de Béniguet, Réserve biologique), où l'accès à la partie terrestre est réglementé (MONNAT 1982, YÉSOU et al. 1993). · La zone de l'estran est accessible à tous sur l'ensemble de l'archipel toute l'année. L'impact potentiel de l'activité de pêche à pied sur les oiseaux nicheurs apparaît a priori limité, même si il n'a jamais été évalué. L'impact potentiel du dérangement humain sur les oiseaux hivernants apparaît lui aussi a priori limité. Par contre, les activités de plage durant la période estivale et les accès aux îlots à cette période sont bien plus susceptibles d'avoir un impact négatif sur les oiseaux, notamment les Grands gravelots et les Huîtriers pies en période de reproduction ou encore les sternes (dérangement durant l'incubation ou durant l'élevage des jeunes). Le dérangement humain est également susceptible de favoriser la prédation par les goélands (YÉSOU et al. 2005). Plus généralement Si des captures accidentelles de grands cormorans ou de cormorans huppés dans des filets sont régulièrement signalées par les pêcheurs, le maintien de la croissance des effectifs pour ces deux espèces dans l'archipel de Molène et Ouessant tend à montrer que l'impact est négligeable. La réduction des sources de nourriture d'origine anthropique (fermeture des décharges d'ordures ménagères, déchets issus des pêcheries) apparaît comme un des facteurs ayant joué un rôle dans la diminution des populations de goélands argentés, voire aussi de goélands bruns, durant les dernières décennies (CADIOU & YÉSOU en prép.). Toute proche du rail d'Ouessant, zone d'un intense trafic maritime, la ZPS Ouessant Molène, est soumise au risque de pollution par les hydrocarbures (marée noire ou pollution chronique liée aux déballastages).

4.2 Quality and importance

L'île d'Ouessant et l'archipel de Molène sont des sites majeurs pour la reproduction, le repos et l'hivernage de nombreux oiseaux de mer. Ces sites doivent leur richesse pour partie à celle de la mer d'Iroise, mais aussi au caractère exceptionnel des nombreux îlots marins qui constellent l'archipel de Molène et les abords d'Ouessant. Leur localisation, leur configuration et les importants efforts de gestion et de protection qui ont été mis en place en font des sites d'importance nationale et internationale pour la conservation des oiseaux de mer. Treize de ces espèces se reproduisent tous les ans dans les falaises de l'île d'Ouessant ou sur les îlots du site. On y retrouve les trois espèces de goélands, la Mouette tridactyle, le Fulmar boreal (qui est ici en limite sud de reproduction régulière), le Pétrel tempête, le Puffin des anglais, le Grand cormoran, le Cormoran huppé, le Guillemot de Troïl, les Sternes pierregarin et naine et le Crave à bec rouge. Il convient aussi d'y ajouter des espèces qui se reproduisent, dans la zone, de façon plus irrégulière comme le Macareux moine et les Sternes caugek et arctique. La fusion en 2008 des deux ZPS existantes et leur extension jusqu'au littoral a pour conséquence d'accroître considérablement l'intérêt de la ZPS et de tenir compte des conditions écologiques nécessaires à ces oiseaux marins. Les îles de Keller et Keller Vihan constituent ainsi le secteur le plus intéressant d'Ouessant en matière d'oiseaux marins nicheurs. Ce site abrite en effet la plus grosse colonie française de goélands marins (536 couples dénombrés en 1998), l'essentiel des effectifs nicheurs de Cormoran huppé et de Fulmar boréal d'Ouessant, ainsi que les derniers couples de Macareux moine (4 couples en 2000, 2 couples sont présents sur l'île en 2008). Une ZPS étendue à tout le littoral d'Ouessant et englobant les îlots Keller et Keller Vihan accueille désormais : - 8 à 10% de la population française nicheuse de Fulmar boréal, - 11 à 16% de la population de Cormoran huppé, - 13% de la population de Goéland marin, Par ailleurs, la plus grande colonie française de Goéland brun est celle de Béniguet qui comprend à elle seule 6500 couples des 22 000 couples nicheurs en France. L'archipel de Molène est aussi très important pour les populations de Pétrels tempêtes, les 350 à 410 couples qui s'y reproduisent constituent la plupart des effectifs bretons. L'extension du périmètre sur les falaises d'Ouessant a permis d'englober également l'ensemble des couples de Crave à bec rouge se reproduisant sur l'île, soit 1,5% de la population française. La population de Crave à bec rouge revêt un intérêt bio-géographique tout particulier. Les quelques dizaines de couples représentent en effet une bonne part de la population côtière française. C'est aujourd'hui plus du tiers du noyau de la population bretonne, qui constitue le reliquat d'une population littorale qui occupait par le passé les falaises maritimes de Bretagne et de Normandie. L'intégration de la bande littorale correspondant à la partie terrestre du site classé a permis par ailleurs de tenir compte des exigences écologiques du Crave à bec rouge, pour lequel ces zones de landes rases, pelouses aérohalines et pelouses écorchées constituent les zones d'alimentation exclusives. L'extension vers le large jusqu'au continent intégre les zones d'alimentation pour un grand nombre d'espèces marines nichant sur les îles (exemple : puffins, pétrels, sternes, goélands, cormorans) ainsi que des espèces extérieures à la zones mais l'utilisant également comme zone d'alimentation (exemple : Fou de Bassan, Petit pingouin, Guillemot de Troïl) ou de transit telles que puffins, labbes, plongeons pour les plus communes. Lorsqu'ils sont indiqués dans ce formulaire, les effectifs des oiseaux pélagiques de passage ou hivernant dans le périmètre de la ZPS " Ouessant Molène " sont donnés à titre indicatif, en référence à des données récentes obtenues à partir d'observations terrestres. Des dénombrements couvrant l'ensemble de la zone devront préciser ces chiffres, de même qu'ils apporteront des données sur les espèces dont la présence est avérée mais pour lesquelles les effectifs fréquentant la zone sont insuffisamment connus.

4.3 Threats, pressures and activities with impacts on the site

The most important impacts and activities with high effect on the site

Negative Impacts
RankThreats and pressures [code]Pollution (optional) [code]inside/outside [i|o|b]
MA11I
HG01.02I
MG05.01I
LH01I
MK03.01I
LK03.04I
Positive Impacts
RankActivities, management [code]Pollution (optional) [code]inside/outside [i|o|b]
LE01.03I

Rank: H = high, M = medium, L = low
Pollution: N = Nitrogen input, P = Phosphor/Phosphate input, A = Acid input/acidification,
T = toxic inorganic chemicals, O = toxic organic chemicals, X = Mixed pollutions
i = inside, o = outside, b = both

4.5 Documentation

Old site code 206300 Bird data relate to 1989 · ANNEZO J.P., 1990. Avifaune de la rivière et de la baie de Daoulas. Inédit. · BARGAIN B., GELINAUD G., MAOUT J., 1999. Les limicoles nicheurs de Bretagne. Bretagne Vivante - SEPNB, 179 p. · BARGAIN B., 2002. Conservation des zones de halte migratoire du phragmite aquatique en Bretagne. Bilan du programme de baguage standardisé en août et septembre 2002. Bretagne Vivante - SEPNB, 36p. · BEAUFORT. LACAZE 1987. Le livre rouge des espèces menacées en France. Espèces marines et littorales. tome 2. MNHM, Paris, 358p · Bretagne Vivante, 2005. Plan de gestion de la réserve naturelle d'Iroise · Bretagne Vivante - SEPNB, 2001. Sternes de Bretagne - Observatoire 2000. Bretagne Vivante - SEPNB / Conseil régional de Bretagne / Conseil général des Côtes d'Armor / Conseil général du Finistère / DIREN Bretagne, 15 p. · BirdLife International, 2004. Birds in Europe: population estimates, trends and conservation status. BirdLife International, Conservation Series No. 12. Cambridge, UK, 374 p. · CADIOU B., 2002. Les oiseaux marins nicheurs de Bretagne. Editions Biotope, Mèze, 135 p. · CADIOU B., PONS J.M. & YESOU P., 2004. Oiseaux marins nicheurs de France métropolitaine (1960-2000). Editions Biotope, Mèze, 218 p. · DECEUNINCK B., 2004. Anatidés et foulques hivernant en France : bilan de vingt années de dénombrement (1983-2002). Ornithos 11-1 : 2-13. · DIREN Bretagne, 2007, Evaluation des Zones de Protections Spéciales (ZPS) de Bretagne. · KERBIRIOU C. & LE VIOL I., 2002. Le crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax) en Bretagne. 2ème partie°: localisation et évolution des populations. Ar Vran, vol. 13, N°2, 2002. · LE DUFF M. et al. 1999. Environnement Naturel de l'Iroise. Bilan des Connaissances et Intérêt Patrimonial. Rapport d'étude DIREN Bretagne, UBO, 77p · LE NEVE A. et al.. 2003. Sternes de Bretagne - Observatoire 2002. Contrat Nature "oiseaux marins" 2003-2006. Bretagne Vivante - SEPNB / Conseil régional de Bretagne / Conseil général des Côtes d'Armor / Conseil général du Finistère / DIREN Bretagne / Commission européenne, 66 p. · LE NEVE A. et al.. 2004. Sternes de Bretagne - Observatoire 2003. Contrat Nature "oiseaux marins" 2003-2006. Bretagne Vivante - SEPNB / Conseil régional de Bretagne / Conseil général des Côtes d'Armor / Conseil général du Finistère, 69 p. · LEON P., 1998. Contrat de baie de la rade de Brest. Suivi ornithologique de la rade de Brest (1997-2002). Première année : décembre 1996 - janvier 1998. GOB (Groupe Ornithologique Breton), 96 p. · MNHN (Muséum national d'histoire naturelle), 2002. Natura 2000 / directive "oiseaux". Codification des données espèces dans les formulaires des zones de protection spéciale. Note de cadrage. Note explicitant la méthode d'évaluation mise en œuvre par le MNHN. Minsitère de l'écologie et du développement durable. 21 p. · MOREL R., 2004. Schéma de développement éolien du pays de Brest. Etude sur l'avifaune du pays de Brest. Bretagne Vivante - SEPNB, 18 p. · PONCET F., 1984. Les zones humides du littoral breton. Caractères et évolution. Université de Bretagne Occidentale, Brest, 349 p. · ROCAMORA G. & YEATMAN-BERTHELOT D, 1999. Oiseaux menacés et à surveiller en France. Liste rouge et recherche de priorités. Tendances. Menaces. Conservation. Société d'études ornithologiques de France / Ligue pour la protection des oiseaux. Paris. 560 p. · TROADEC P., LE GOFF R. (coordonnateurs) et al., 1997. État des lieux et des milieux de la rade de Brest et de son bassin versant. Phase préliminaire du Contrat de Baie de la rade de Brest. Édition Communauté Urbaine de Brest, 335 pages, 88 cartes. · YÉSOU P., ESCRIENNE L.G. (D').-La réserve de chasse et de faune sauvage de Béniguet.-Nantes : O.N.C.F.S., 2005, 15p

5. SITE PROTECTION STATUS

Back to top

5.1 Designation types at national and regional level:

Code Cover [%]
FR031.00
FR1340.00
FR141.00
FR152.00
FR1825.00
FR9998.00

5.2 Relation of the described site with other sites:

Designated at national or regional level:

Type code Site name Type Cover [%]
FR14Iroise*1.00
FR13Archipel Molène Ouessant*40.00
FR03Iroise*1.00
FR18Iroise*25.00
FR15Armorique*2.00
FR99Parc naturel marin d'iroise*98.00

Designated at international level:

Type Site name Type Cover [%]
Other Iroise*1.00
Archipel Molène Ouessant*40.00
Iroise*1.00
Iroise*25.00
Armorique*2.00
Parc naturel marin d'iroise*98.00

6. SITE MANAGEMENT

Back to top

6.2 Management Plan(s):

An actual management plan does exist:

Yes
No, but in preparation
X
No

6.3 Conservation measures (optional)

Orientations de gestion pour une conservation durable du site Conformément à la loi du 14 avril 2006 relative au parc naturel marin, Lorsqu'un site Natura 2000 se superpose à un Parc Naturel Marin et que le site est majoritairement compris dans le périmètre classé comme c'est le cas, le plan de gestion du parc marin vaut Document d'Objectifs Natura 2000. Cette perspective a l'avantage de reposer sur des moyens techniques, financiers et humains plus conséquents pour mettre en œuvre les orientations de gestion et les mesures opérationnelles définies dans le décret de création du Parc Naturel Marin d'Iroise telles que, par exemple, : - Approfondissement et diffusion de la connaissance, - Maintien en bon état de conservation des populations des espèces protégées, rares ou menacées et de leurs habitats, - Réduction des pollutions d'origine terrestre ainsi que du risque de pollutions maritimes et portuaires diffuses ou accidentelles. Ces orientations imposeront une surveillance accrue des effectifs d'oiseaux mais aussi de l'évolution de la fréquentation pour parer aux problèmes de dérangement et proposer au conseil de gestion des solutions d'aménagement adaptées et concertées. Les programmes de suivi seront dans ce cadre encouragés ou pérennisés. L'appui aux différents gestionnaires d'espaces protégés insulaires dont la réserve naturelle d'Iroise et la réserve ONCFS de Béniguet, sera aussi développé et la conservation des potentialités du site pour les espèces patrimoniales d'oiseaux fera l'objet d'un volet prioritaire du plan de gestion. La sensibilisation du public par rapport à la conservation des oiseaux de mer fera aussi l'objet d'un volet spécifique de ce document. Le retour d'information et le porté à connaissance du public de l'évolution des populations d'oiseaux de mer seront encouragés dans les infrastructures insulaires (Centre d'étude du milieu ouessantin et maison de l'environnement insulaire). Un programme de connaissance des espèces de passage, des hivernants sera aussi élaboré. Les activités de défense exercées sont en particulier : Aérienne : Patrouilles opérationnelles et de surveillance aérienne ; Zones d'entraînement aérien très basse altitude ; Point d'entrée et de sortie de la BAN Lanvéoc; Zone de posés d'hélicoptères. Surface : Patrouilles opérationnelles et de surveillance nautique ; Zones d'entraînement commandos marine et du centre parachutiste d'entraînement aux opérations maritimes (CPEOM) de ROSCANVEL(29); Zone de transit, activité et mouillage de bâtiments militaires, zones de tir (R154, R157); Sous marine : Zones d'entraînement commandos marine et du centre parachutiste d'entraînement aux opérations maritimes (CPEOM) de Roscanvel(29). Opérations de déminage d'accès au port de commerce et des chenaux d'accès vers le goulet ; Emission sonar, mise à l'eau d'engins remorqués. Action de l'état en mer : Opérations de déminage sur l'estran et points de dépose et de destruction d'explosifs ; Plus généralement les espaces marins inclus dans le périmètre du site sont mobilisés pour assurer îa protection du territoire national, y compris à un niveau stratégique. Les activités de défense, d'assistance et de sauvetage , de prévention et de lutte contre la pollution et de police en mer ne pourront pas être remises en cause par cette mesure de classement. La pérennisation des missions précitées ne devra pas être remise en cause Le classement concerne le Sémaphore de Saint Mathieu, le CROSS Corsen, la batterie d'Oussant Stiff, le sémaphore du Stiff le fort et réduit de la Croix Saint Michel. Il ne devra pas remettre en cause les fonctions de défense et d'action de l'Etat en mer concernées par ces espaces et équipements ainsi que leur entretien et leur capacité d'évolution.

 

7. MAP OF THE SITE

Back to top No data

SITE DISPLAY